Origine des JANSSENS (Langdorp den Savel, Bunsbeek, Aiseau)

Les JANSSENS, antérieurement JANS, sont issus des familles souches de Langdorp den Savel hameau situé en son temps dans le Duché d’Aarschot et sont déjà repris dans les recensements de 1525 et 1575, respectivement sous Charles II de Croÿ (1522-1551), 2nd duc d'Aerschot, et Philippe III de Croÿ (1526-1595), 3e duc d'Aerschot. La présence de nos ancêtres est attestée non seulement par les dits recensements mais par divers actes. La famille semble liée à l’agriculture et au milieu de la meunerie. A l’aube des registres paroissiaux certains de ces membres occupaient des fonctions notables pour l’époque : telles que  Maître de hameau, Mambour et Echevin. 

https://www.facebook.com/fietsographes/videos/1080917438662872/?v=1080917438662872

Armoiries des JANSSENS-BERTRAND

Un écu d’azur à un lion léopardé, armé et lampassé de gueules, accompagné en pointe d’un rameau fruité d’olivier, l'un et l'autre d'or. L’écu surmonté d’un heaume d’argent grillé et colleté, doublé et attaché de gueules, aux bourrelet et lambrequins d’azur et d’or. Cimier : une fleur de lys d’or au pied patté chargée d’une quintefeuille de gueules.  Devise : sur un listel d'azur en lettres d'or « Fovendi Laboris et Aequitas » (en faveur du travail et de l’équité ou maintien du travail et de l’équité). Devise : sur un listel d'azur en lettres d'or « Fovendi Laboris et Aequitas » (en faveur du travail et de l’équité ou maintien du travail et del'équité.

Par sa signification christologique médiévale, c’est le lion qui convenait le mieux, en effet il évoque la racine latine du nom de famille Jans(sens), qui est Johannes (fils de Dieu), tandis que le rameau évoque la pérennité de la concorde familiale. L’émail du champ peut-être considéré comme un rappel de celui de la commune d'Aiseau dont les armes sont d'azur semé de lys d'argent, dont cinq complets.

"Dans les bestiaires médiévaux, il évoque (en parlant du lion), d'une manière assez banale, la force, le courage, la générosité, vertus auxquelles s'ajoutent une signification religieuse (Dieu le père) ou plus spécialement christologique, due à ce qu'il a le pouvoir prétendu de ressusciter de son souffle ses petits morts nés 49". Traité d'Héraldique, Michel Pastoureau, PICARD, 1979, page 136, 2 Les quadrupèdes, a) Le lion. La référence 49 du texte dito : "49. Voici par exemple ce que rapporte Hugues de Saint-Victor dans son De Bestiis : "Cum leaena parit, suos catulos mortuos parit, et ita custodit tribus diebus, donec veniens pater eorum in faciem eorum exhalet ut vivificentur. Sic omnipotens Pater Dominus nostrum Jesum Christum, filium suum, tertia die suscitavit a mortuis" (éd. J.-P. MIGNE, Patrologia latina, tome CLXXVII, livre II, chap. I, col. 57). – C'est l'assimilation du lion au Christ qui est la plus répandue dans les bestiaires romans. Philippe de Thaon, par exemple, écrit : "Le lion signifie/Le dilz saincte Marie/Roi est de toute gent/Sans nul redoutement" (Ed. E.WALBERG, Lund et Paris, 1900, vers 47-50".

L’écu des armoiries a été reconnu par l’Office Généalogique et Héraldique de Belgique en 1980 (confer recueil OGHB n° 50). Il a également fait l’objet d’un dépôt au Bureau Bénélux des Marques le 9.12.1983, sous le numéro 049067/02 06 1983, 11,00, et est repris au Carnet Mondain depuis 1995. Dès son entrée au Carnet Mondain, le rameau n’est plus identique à celui du Fonds Monétaire International et meut vers la dextre (côté gauche) de l’écu tandis que l’armorial de l’OGHB reprend cette modification confirmée à ce jour par la Commission Héraldique et de Vexillologie. 

Dans le cadre du Décret du 12 mai 2004 modifié le 30 avril 2009 et Arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 14 octobre 2010 portant exécution du décret ci-avant mentionné: enregistrement d’armoiries de personne physique ou d’association familiale en Communauté française. 

A la demande de Claude JANSSENS, sur proposition du Conseil Héraldique et de Vexillologie et par décision du 12 mai 2014, Madame la Ministre de la Culture de la Communauté française de Belgique a autorisé l’enregistrement des armoiries familiales des Janssens, issus du couple Josef JANSSENS (12 novembre 1913 - 7 novembre 1975) et Charlotte BERTRAND (1er septembre 1914 - 15 novembre 2000). Le décret, tout comme le brevet, comprend une coquille, la date de décès de Josef JANSSENS y est cité comme étant le 1er novembre 1975.

L'arrêté d'enregistrement a été signé par la Ministre le 15 avril 2015 et les armoiries ont été publiées au Moniteur belge le 28 mai 2015, 2015029235. 

CHV 2015:

https://leblogheraldique.blogspot.com/search/label/Conseil%20d%27h%C3%A9raldique%20et%20de%20vexillologie

HV 1980 :

https://leblogheraldique.blogspot.com/search/label/H%C3%A9raldique%20vivante?updated-max=2015-12-03T10:15:00%2B01:00&max-results=20&start=20&by-date=false

et http://oghb.be/hv?title=JANSSENS

Armorial privé des JANSSENS-BERTRAND : 

https://photos.google.com/album/AF1QipNnGZ5QgDcFTQKE5-6f8zQ2ZYUeNwyruUjXWiIN

La dévolution comprend la même coquille que dans le décret : Monsieur Josef JANSSENS est décédé le 7 novembre 1975 et non le 1er novembre 1975 - Errare humanum est !

Origine des BERTRAND (Spy, Farciennes, Aiseau)

Références des armoiries : OGHB « Le Parchemin» » n° 263, p.345 FQ, Recueil OGHB n° 50 de 2003, Armorial AROGHB 2010 , Armorial de Namur, Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur:, p. 36.

Claude JANSSENS, armoiries d'état :

Un écu d’azur à un lion léopardé, armé et lampassé de gueules, accompagné en pointe d’un rameau fruité d’olivier, l'un et l'autre d'or. L’écu surmonté d’un heaume d’argent grillé et colleté, doublé et attaché de gueules, aux bourrelet et lambrequins d’azur et d’or. Cimier : une fleur de lys d’or au pied patté chargée d’une quintefeuille de gueules derrière laquelle passe un listel parti d'or et de gueules. Ordres, insignes et attributs : En sautoir, autour de l’écu, sous lequel sort en chevron une écharpe tricolore de magistrat(1), un collier de Doyen d'honneur du Travail (2) formé d’une passementerie amarante, ornée de neuf écussons dorés de forme octogonale avec, en leur centre, une tête de lion, au pendentif doré et émaillé formé d’un marteau d’émail noir et rouge, accosté de deux gerbes d’épis de blé formant la lettre « A » du Roi Albert Ier. Une croix ordonnance d’officier de l’Ordre de la Couronne (3) suspendue à l’écu passe sous le listel de la devise. Attribut académique : une épitoge écarlate (4), à deux rangs d’hermine, attachée derrière l’écu pend à senestre le long de celui-ci. Devise : sur un listel d'azur en lettres d'or « Fovendi Laboris et Aequitas » (en faveur du travail et de l’équité ou maintien du travail et de l’équité). Sous la devise, à dextre on peut retrouver le symbole' du Mensa et à senestre celui de Highland Titles.

(1) Juge consulaire : nommé le 26.20.2004, il obtient le droit par A.R. du 29.06.2015 de porter le titre honorifique de ses fonctions de Juge consulaire avec effet au 26.10.2014.
(2) Doyen d'honneur du Travail : A.R. du 22.03.2006, M.B. 18.04.2006 (20853, éméritat en 2012
(3) Promu le 8.04.2013, A.R. du 21.05.2013, M.B. du 18.06.2013
(4) représente le grade de licencié en sciences économiques appliquées obtenu à l'Université de l'Etat de Mons (1986) - Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant la liste de correspondance entre les anciens et nouveaux grades académiques A.Gt 19-05-2004 M.B. 27-07-2004

Armoiries spécifiques à ses activités :

Armoiries décanales (2006/2014) :

Un écu d’azur à un lion léopardé, armé et lampassé de gueules, accompagné en pointe d’un rameau fruité d’olivier, l'un et l'autre d'or. L’écu surmonté du dieu Hermes issant derrière un livre de raison posé sur un cercle d’or en brandissant, à senestre, un trébuchet d’or aux cordelettes de sinople (expert-comptable) et tenant, à dextre, un flambeau (conseiller).  

Insignes et attributs : une canne corporative à neuf nœuds (Maître) et une masse de vieil argent au manche enroulé d’une cordelière de sinople (Doyen d’Honneur) surmonté de saint Matthieu, saint patronymique des professions comptables et fiscales, (traditions, valeurs morales et sociales des Métiers), toutes deux de vieil argent et posées en sautoir. En sautoir, autour de l’écu, sous lequel sort en chevron une écharpe tricolore de magistrat (1), un collier de Doyen d'honneur du Travail (2) formé d’une passementerie amarante, ornée de neuf écussons dorés de forme octogonale avec, en leur centre, une tête de lion, au pendentif doré et émaillé formé d’un marteau d’émail noir et rouge, accosté de deux gerbes d’épis de blé formant la lettre « A » du Roi Albert Ier. Une croix ordonnance d’officier de l’Ordre de la Couronne (3) suspendue à l’écu passe sous le listel de la devise. Attribut académique : une épitoge écarlate (4), à deux rangs d’hermine, attachée derrière l’écu pend à senestre le long de celui-ci. Devise : sur un listel d'azur en lettres d'or « Fovendi Laboris et Aequitas » (en faveur du travail et de l’équité ou maintien du travail et de l’équité).

(1) Juge consulaire : nommé le 26.20.2004, il obtient le droit par A.R. du 29.06.2015 de porter le titre honorifique de ses fonctions de Juge consulaire avec effet au 26.10.2014.
(2) Doyen d'honneur du Travail : A.R. du 22.03.2006, M.B. 18.04.2006 (20853, éméritat en 2012
(3) Promu le 8.04.2013, A.R. du 21.05.2013, M.B. du 18.06.2013
(4) représente le grade de licencié en sciences économiques appliquées obtenu à l'Université de l'Etat de Mons (1986) - Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant la liste de correspondance entre les anciens et nouveaux grades académiques A.Gt 19-05-2004 M.B. 27-07-2004

L'économiste d'entreprise (er):

Dès sa pension, Claude JANSSENS, n’étant plus contraint, par son nouveau cadre légal, d’agir en qualité d’expert-comptable, il opte pour le titre de sa fonction d’économiste d’entreprises. Par la même occasion, début 2013, il décide de porter, pour certaines de ses activités de participation citoyennes, son écu familial rehaussé d’un chef inspiré de ses activités passées, à savoir :  

Un écu d’azur à un lion léopardé, armé et lampassé de gueules, accompagné en pointe d’un rameau fruité d’olivier, l'un et l'autre d'or, au chef d’or à un trébuchet d’azur, cordé de sinople, souligné d’une clef du même.  L’écu surmonté d’un heaume de tournoi  germanique d’argent,  attaché de gueules et posé de profil, avec un arceau et aux bourrelet et lambrequins d’azur et d’or.  Cimier : un bras issant un rouleau de chartrier. Devise : Preasidium (qui aide, qui assiste).

Petites armoiries

Un écu d’azur à un lion léopardé, armé et lampassé de gueules, accompagné en pointe d’un rameau fruité d’olivier, l'un et l'autre d'or. L’écu surmonté d'un bourrelet d’azur et d’or supportant une fleur de lys d’or au pied patté chargée d’une quintefeuille de gueules derrière laquelle passe un listel parti d'or et de gueules.

Ecu aux armes familiales

Version dès l'introduction, en 1994, au sein du Carnet Mondain des armes des JANSSENS, olim JANS. A cette occasion les armes ont été redessinées par les héraldistes de l'Office généalogique et héraldique de Belgique, cet office servant de référence pour les auteurs du Carnet Mondain. Le rameau d'olivier, qui à l'origine mouvait de dextre à senestre, meut depuis de senestre à dextre. 

Blasonnement : Un écu d’azur à un lion léopardé, armé et lampassé de gueules, accompagné en pointe d’un rameau fruité d’olivier, l'un et l'autre d'or.

Version antérieure à 1994 : Ecu d'armes des JANSSENS, olim JANS, réalisé par la céramiste namuroise Odette DIJEUX pour Claude JANSSENS. A cette époque, le rameau d'olivier mouvait de dextre à senestre et était largement inspiré par celui du Fond Monétaire International. Chaque membre de la famille Janssens-Bertrand disposait également d'un plus grand écu aux armes familiales. Cette artisane avait aussi réalisé, en céramique, les armoiries de Louis et Claude JANSSENS et, en plus pour ce dernier, des armoiries murales.

Blasonnement : Un écu d’azur à un lion léopardé, armé et lampassé de gueules, accompagné en pointe d’un rameau fruité d’olivier, l'un et l'autre d'or.

Cabinet d'armes

Officier de l’ordre de la Couronne (AR 21.05.2013, MB 18.06.2013, promu au 8.04.2013), Chevalier de l’ordre de Léopold pour service rendu à l’économie nationale (AR 28.01.2002, MB 04.04.2002, promu au 15.11.2001), Chevalier de l’ordre de Léopold II (1991), 

Décoration du Travail de première classe (1ère classe : 1992, 2ème classe : 1987/1992),  Décoration spéciale de 2ème classe des unions professionnelles (10.12.2020), Titre et Insigne d’honneur d’or de Lauréat du Travail (or: 1997, Ag: 1991/1997, Bz : 1983/1991, AR 29.04.1983)

Armoiries du Banquet des JANSSENS-BOUVIN

Les Janssens-Bouvin issus des Janssens (Langdorp ten Savel, Bunsbeek) famille souche de l’ancien comté d’Aerschot sont titulaires des armoiries claniques qu’ils soient porteurs du nom ou pas et peuvent faire usage des armoiries suivantes :

D’azur à un lys d’or au pied patté chargé d’une quintefeuille de gueules. L’écu suspendu par une courroie de gueules à un heaume de tournoi germanique de type renaissance taré de face aux lambrequins et bourrelet aux couleurs de l’écu.
Cimier : une fleur de lys d’or au pied patté chargé d’une quintefeuille de gueules.

La fleur de lys d’or au pied patté (qui est Aarschot), chargé d’une quintefeuille de gueules (qui est Arenberg aux émaux inversés), est repris au blason de l’ancien Duché d’Aarschot, la quintefeuille (fleur de néflier) à celui de Langdorp (qui est Arenberg) mais avec les émaux inversés. La famille est, en effet, issue des familles souches de Langdorp (Savel), village de l’ancien Duché d’Aarschot, et apparaît déjà dans les recensements de 1525 et de 1575.

La combinaison du lys au pied patté et de la quintefeuille a été enregistrée auprès de l’Office Généalogique et Héraldique de Belgique comme armes du « Banquet des Janssens-Bouvin ».

Le cimier peut donc être porté sur les armoiries de tous les descendants masculins et féminins, porteur du nom ou pas, de Jozef (Josephus) ou Joseph Hubertus, fils de Jacques Adrien et de BOLLEN Maria Catherina, né à Bunsbeek, le 5 juillet 1859, décédé à Sint Margriete Houthem le 22 janvier 1931, et de BOUVIN Philippina (02X), née à Hoeleden le samedi 29 janvier 1859 et décédée à Sint Margriete Houthem le 18 février 1930.

Référence : https://oghb.be/hv?title=BANQUET+JANSSENS-BOUVIN

Génealogie

Famille JANSSENS, olim JANS, (Langdorp de Savel, Bunsbeek, Aiseau)

https://gw.geneanet.org/jclaude10_w?lang=fr

Aysavelmark

Aysavelmark est un nom qui sert à identifier la lignée des Janssens (Langdorp den Savel, Bunsbeek, Aiseau). En effet, il est constitué de Aysa, ancienne graphie d’Aiseau, de Savel, ancienne graphie de Zavel, et de mark, zone frontière. C'est un clein d'oeuil, à la fois, à l'ancienne relation entre Aiseau et l'ancien comté d'Aerschot , aujourdui Aarschot, ainsi qu'avec les Janssens jadis Jans. En effet, Aiseau était une ancienne possession Brabançonne jouxtant le comté de Namur et la Principauté de Liège.  Savel, venant en partie superposer Aysa, donne Aysavel auquel vient s’adjoindre mark. Ce nom a été choisi dans le cadre d’adresses web et de courriel pour éviter toute confusion entre les différents patronymes Janssens.