Le respect de la nature, c'est celui de notre vie !

Plus vous trouverez un compromis avec la nature dans votre jardin, plus vous laisserez une chance à vos enfants de connaître nos animaux de proximité qui hélas disparaissent suite à nos maladresses et/ou à notre égocentrisme. Pensez à planter des haies naturelles (noisetiers, sorbier, petits fruitiers, néfliers), à laisser quelques carrés de ronces et d’orties et à préférer le pré fleuri à la pelouse !

https://www.natagora.be/brochure-jardin-naturel

http://environnement.wallonie.be/publi/education/jardin-naturel.pdf

Découvrir la nature : https://protectiondesoiseaux.be/decouvrir-la-nature/

AIDEZ LES A PASSER L’HIVER

Nos quartiers sont de plus en plus pauvre en nourriture pour assumer la diversité biologique dont on pouvait être fier il y a peine trente ans. En effet, vous n’êtes pas sans ignorer que l’homme est le seul être vivant qui détruit tout autour de lui en pensant qu’il construit ou qu’il améliore son environnement.

Le vaste projet de lotissement dit de la rue Isolée est un bel exemple de massacre de ce qui restait de notre belle campagne encore dénommée, il y a peine septante ans, la petite suisse. On ne sait plus revenir en arrière et il ne sert à rien de faire le procès moral d’une certaine forme de manque de scrupule chez certains acteurs de notre société.

Les animaux sauvages de proximité auront particulièrement difficiles de passer l’hiver, nous devons impérativement nous mobiliser et faire un effort pour les aider. Les oiseaux en sont les plus fragiles et ceux qui ont le plus grand besoin de nous. A court terme, il est nécessaire de les nourrir.

Quelques points à respecter

1. Nourrissez uniquement pendant les grands froids ou les pluies incessantes

2. Disposez de la nourriture matin et soir

3. Changez l’eau des abreuvoirs régulièrement et n’y ajoutez aucuns additifs

4. Nettoyez régulièrement les mangeoires

5. Protégez les graines de l’humidité et de la pluie

6. Ne donnez pas d’aliments salés

7. Placez graines et mangeoire hors de portée des prédateurs, c’est-à-dire de nos amis les chats.

8. Surtout, n’arrêtez jamais en plein froid un nourrissage commencé, les oiseaux devenus dépendants seraient condamnés !

9. Offrez des aliments variés à plusieurs endroits

10. Ne donnez pas trop à la fois, la nourriture doit disparaître en quelques heures

11. Ne proposez jamais d’aliments moisis ou avariés ainsi que du pain.

Évitez les boules de graisse du commerce enrobées d’un filet. Les oiseaux risquent de s'y emmêler les pattes et les ailes. Donnez un strict minimum de graisse, et réservez-la aux période de gel diurne intense. Cette nourriture n’a jamais été présente dans la nature en hiver, les oiseaux sont parfaitement adaptés à son absence.

Nourrir les oiseaux en toutes saisons ne se justifie pas sauf en cas de la destruction de leur environnement, ce qui est le cas actuellement chez nous dans le quartier de la  la Respe et dans celui d’Hamion. 

En temps normal, c’est pendant la mauvaise saison, dès l’approche de l’hiver, lorsque les ressources habituelles de nourriture se font rares ou sont cachées par la neige que la nourriture offerte par les hommes aidera les oiseaux. Cette source régulière se doit d’être située toujours à la même place pour leur permettre de réduire leurs dépenses énergétiques liées à la recherche de la nourriture journalière. Plus nous seront nombreux et plus notre action sera efficace.

Commencez à les nourrir seulement par grands froids ou les longues périodes de pluies

Apprenez à observer la nature, elle vous donnera le signal : la disparition des insectes, des périodes de gel prolongé, une neige persistante ou lors de pluies incessantes. La régularité dans le nourrissage est capitale, les oiseaux en viennent vite à dépendre de vous. Il ne faut pas interrompre le nourrissage pendant les périodes de grand froid et de pluies car les oiseaux ayant l’habitude de se nourrir aux mangeoires, risquent de ne pas disposer d’assez de réserves pour trouver une autre source de nourriture.

Supprimez donc progressivement ce ravitaillement à l’approche du printemps, ce qui coïncide avec le début de la saison de reproduction (d’avril à septembre). La nourriture que les parents trouvent eux-mêmes dans la nature est redevenue abondante ce qui dans notre quartier ne sera plus le cas pendant de nombreuse années vu l’accroissement anarchique du nombre de  constructions. Travaux dont l’impact est négatif  sur le maintien des zones humides et boisées, soit de la biodiversité et par voie de conséquence sur le milieu de vie indispensable aux animaux sauvages de proximité.  

Nourrissez tôt le matin et si possible aussi en fin de journée !

Les oiseaux en hiver consomment rapidement leurs réserves alimentaires. Deux périodes de la journée sont critiques : l’ultime activité à la nuit tombée qui induit la nécessité de stocker assez de nourriture pour tenir jusqu’au matin, ensuite dès le lever du jour, la nécessité de trouver de la nourriture le plus rapidement possible car les réserves se sont épuisées pendant la nuit.

Quand ils ont faim, les oiseaux mangent presque n’importe quoi, leur régime habituel peut même totalement changer. Mais il faut savoir que chaque espèce à ses préférences, plus vous offrirez des menus variés, plus nombreuses seront les espèces que vous attirerez dans votre jardin !

Pour les céréales et autres graines, misez sur la diversité ! Cette catégorie d’aliments, de choix pour les oiseaux, renferme des graisses, des sucres, des lipides, des minéraux et des vitamines.  Attention, les graines mouillées deviennent impropres à la consommation. Les graisses rances et le pain sont nocifs et peuvent provoquer des troubles digestifs graves, l’issue peut être fatale. Nettoyez souvent votre zone de nourrissage  pour éviter tous risques de contamination et d’épidémie. Certains oiseaux n’aiment pas les mangeoires, comme les pics, mais ils se laisseront tenter par une bûche percée de trous remplis de nourriture que vous aurez suspendue. Elle attirera aussi les mésanges, les sittelles, bref les meilleurs acrobates parmi nos oiseaux familiers.

  • Si vous mettez de l’eau, changez-la régulièrement
  • Chaque fois que vous mettez de la nourriture, prenez le temps de brosser la mangeoire et de ramasser les déchets.
  • Tous les quinze jours, nettoyez la mangeoire avec de l’eau chaude savonneuse et une brosse à poils durs. Les tubes seront nettoyés avec des brosses à bouteille.
  • N’hésitez pas à changer les mangeoires de place dans le jardin pour éviter de créer des "nids" de bactéries sous les mangeoires.

La grande haie du bois de la Respe avant son massacre

La grande haie du bois de la Respe après son massacre

Le renard

 

Il n'est pas dangereux pour l'homme et les animaux de compagnie :

http://www.vivreici.be/videos/detail_le-renard-est-il-un-danger-pour-l-homme?videoId=1341116

Il ne s'agit pas d'un animal nuisible :

https://www.youtube.com/watch?v=y9Y3Wmzh2R0

En savoir plus : https://protectiondesoiseaux.be/2016/02/01/renard-roux/

 

L'écureuil roux

Je suis également un habitant de la grande haie naturelle du bois de la Respe et de ses bosquets.  En savoir plus : https://protectiondesoiseaux.be/2016/02/25/ecureuil-roux/

Geai des chênes

Je suis un des habitants du Bosquet du bois de la Respe, mais qui suis-je ?

https://protectiondesoiseaux.be/2016/02/01/852/

 

 

Le sanglier

LOCHABER

https://www.facebook.com/Communaut%C3%A9-francophone-des-LairdsLords-ou-Ladys-de-Lochaber-et-de-Glencoe-165956387517792/

Remarque : la dénomination de Laird ou de Lord écossais, n'est pas un titre de noblesse. En Belgique, le port du titre écossais de Lord est strictement interdit et peut entraîner des poursuites judiciaires, celui de Laird peut l'être étant donné qu'il ne correspond à aucun titre reconnu par la Belgique. Le port des armoiries de Lochaber et de Glencoe n'est également pas reconnu en Belgique, toutefois, chaque Belge jouissant de la capacité héraldique est en droit de poter des armoiries sous certaines conditions.