HOMMAGE AU ROI ALBERT IER

Le Roi Albert Ier
 
Le 17 février, le Roi meurt tragiquement à la suite d'une chute mortelle dans les rochers de Marche-les-Dames, c’est la commémoration de sa mort qui eu lieu à Falisolle (Sambreville) ces 14 et 17 février.
 
Sa Majesté le Roi Albert Ier, personnalité marquante de notre histoire, est en réalité moins connue des Belges que l’on ne pourrait le croire en dépit du nombre d’hommages qui lui est rendus chaque année. Je vais donc faire un retour en arrière pour vous le présenter en dehors de la vision que l’on a en général de lui.
 
C’est le 8 avril 1875, qu’est né au Palais de la Régence, Place Royale à Bruxelles, d'Albert, Léopold, Clément, Marie, Meinrad, cinquième enfant du Prince Philippe, Comte de Flandre et frère de Léopold II, et de la Princesse Marie de Hohenzollern-Sigmaringen.
Le Prince Albert épouse en 1900 Élisabeth Gabrielle Valérie Marie de Wittelsbach, Duchesse en Bavière, la nièce et filleule d’Elisabeth (Sissi), Impératrice d’Autriche. Le couple aura trois enfants : Léopold (1901-1983), futur Léopold III, Charles (1903-1983), futur régent, et Marie-José (1906-2001).
 
En 1906, le Prince Albert fonde l'institution "Ibis", foyer et école destinée à recevoir les enfants de pêcheurs.
 
Le 23 décembre 1909, le Prince Albert succède à son oncle le Roi Léopold II sur le trône.
Sous son règne, le 30 août 1913, vient la promulgation de la loi instaurant le service militaire général (appel sous les armes de tous les fils d'une famille). Précédemment le service militaire était effectué par tirage au sort et les plus nantis pouvaient se faire remplacer par les plus pauvres.
 
Le 2 août 1914, Sa Majesté le Roi Albert Ier prend, conformément à l'article 68 de la Constitution, le commandement effectif de l'armée, et par son rôle marquant au cours de la guerre 1914/1918 entre dans l’histoire comme le Roi Chevalier bien que son empreinte marqua la Belgique pour bien d’autres raisons.
 
En effet, on a trop souvent une tendance marquée à réduire le rôle de Sa Majesté le Roi Albert Ier à celui de Roi Chevalier alors qu’il fut bien autre chose et plus particulièrement pour la reconnaissance des travailleurs et de l’égalité des Belges devant les obligations militaires.
 
C’est également sous son règne que fut introduit le suffrage universel et la reconnaissance de la liberté syndicale et l'extension de la législation sociale.
 
C’est toujours sous son règne, qu’en 1927, que furent établies les bases des épreuves techniques et professionnelles qui seront proposées aux travailleurs d’élites à tous les niveaux de la hiérarchie des tâches et des fonctions dans le cadre des Expositions Nationales du Travail considérant qu’il convenait d’associer les ouvriers, les artisans et tous les travailleurs belges aux manifestations destinées à célébrer le centenaire de l’Indépendance nationale. Cela associé à la résurgence de la dignité de doyens des métiers qui a été voulue par le Roi Albert Ier, dignité aujourd’hui octroyée sous le nom de doyens d’honneur du Travail. C’est son épouse, S.M. la Reine Elisabeth, qui dans la continuité des œuvres de ce grand Roi, a fondé, en 1954, l’Institut Royal des Elites du Travail de Belgique – Albert Ier – Expositions nationales du Travail (Fondation Reine Elisabeth de Belgique), en abrégé IRET. Sa Majesté la Reine Elisabeth sera également nommée Doyen d’honneur du Travail.
 
L’objectif était déjà de mettre en avant les travailleurs particulièrement méritants pour leur implication, leur savoir-faire et leur exemplarité. Chacun dans sa mesure et suivant ses capacités devant suivre son exemple en favorisant le développement et la continuité des unions professionnelles.
 
En 1928, Sa Majesté le Roi Albert Ier sera à l’initiative de lé création du Fonds national de la Recherche scientifique (FNRS) en faveur de l'essor industriel.
 
Le 17 février 1935, une messe fut célébrée en commémoration du décès du Roi Albert Ier, mort accidentellement à Marche-les-Dames en 1934. Après le décès de la Reine Astrid, le 29 août 1935, il fut décidé de commémorer le 17 février tous les membres défunts de la Famille Royale. La messe célébrée chaque année à cette date en l'Eglise de Laeken est une cérémonie familiale.

Hommage au Roi Albert Ier

Au monument du Roi Albert Ier à Falisolle, le 14 février 2021:
 
Samuël Barberini, Kinésithérapeute, Adjoint administratif, Conseiller communal à Sambreville.

Claude JANSSENS, Economiste d’entreprises (er), Membre de la SRPMDB provinciale de Namur, Off OC, Juge consulaire honoraire, Doyen d’honneur du Travail émérite.

Ci-dessous, au monument du Roi Albert Ier à Falisolle, le 17 février 2021:

Jean-Louis GILSON, Chancelier fédéral et provincial (Namur) de la SRPMDB, Che O.L., Grand Croix de OCB, avec Claude JANSSENS, ci-avant qualifié.

 

 

Hommages au Phare Breton du 9.05.2021

Tout comme, la nécropole de la Belle-Motte, sise à Aiseau, les premiers ouvrages du cimetière franco-allemand de l’actuel cimetière des Français d’Auvelais, connu sous le nom de Phare Breton, ont été réalisés en 1917, à l’initiative des autorités allemandes dont les troupes occupaient à cette époque presque toute l’intégralité de notre territoire. C’est en effet par un décret-loi du 19 août 1917, que la Belgique, sous autorité et gouvernement militaire allemands, avait décidé d’assurer la pérennité des lieux de sépulture des militaires qu’ils soient français, britanniques, italiens, russes et germaniques reposant sur son territoire. C’est au cours de la bataille de la Sambre que de terribles combats ont eu lieu en BasseSambre, le 21 et 22 août 1914 et des milliers de jeunes Français y périront dont principalement des bretons du 48ème régiment d’infanterie de Guingamp, du 70ème R.I. de Vitré et du 71ème R.I. de SaintBrieuc. Ce n’est que le 19 août 1934 que ce cimetière français fut inauguré dans sa configuration actuelle avec des tombes disposées en cercle à l’image des cromlechs celtiques.

Parmi, toutes les stèles en forme de croix est présente une stèle musulmane qui arbore un croissant. La nécropole a aussi contenu, pendant un certain nombre d’années, des sépultures de soldats allemands. Un phare, construit au moyen de gros blocs de granit provenant de Bretagne, y fut également érigé en 1934 pour évoquer l’origine principale des soldats y inhumé. C’est la présence de celui-ci qui incita la population à donner le nom de Phare Breton à ce cimetière dédié aux soldats français morts pour la France sur notre territoire. Au cours du conflit de 1939/1945, probablement en mai et juin 1940, 74 soldats français y furent également inhumés pour rejoindre dans la paix les 345 soldats français morts au champ d’honneur au cours du précédant conflit, leurs sépultures sont présentes au fonds de ce cimetière. Le Souvenir Français tenait à leurs rendre un hommage appuyé !

A l’heure de l’Europe, on ne peut oublier, même s’ils n’ont plus de sépultures présentes, que d’autres victimes ont été recouvertes, même de façon précaire, de notre terre sambrienne, que nous foulons chaque année lors de nos devoirs de mémoire. Ils étaient nos ennemis, mais, à l’heure de la réconciliation qui a sonné depuis quelques décennies, on ne peut donc honorer les uns sans avoir une pensée, même discrète, pour les autres. Les uns comme les autres, des jeunes gens arrachés à leurs familles, sont morts au champ d’honneur même si leurs idéaux, en ses temps révolus, s’opposaient.

Ce dimanche, lors de la cérémonie, étaient présents, notre hôte, Benoît POULAIN, délégué du Souvenir français en Val de Sambre, ainsi que deux représentants des autorités civiles à savoir : Madame Martine GODFROID, Échevine en charge des mouvements patriotiques et Monsieur Samuël BARBERINI, Conseiller communal de Sambreville, kinésithérapeute à Sambreville et adjoint administratif à Wépion. Monsieur David DANNEVOYE, Consul honoraire de France pour la Province de Namur, Responsable Communication et Relations internationales pour le Médiateur de la Wallonie et de la Fédération WallonieBruxelles, Président du comité de communication de l’Association des Ombudsmans et Médiateurs de la Francophonie (AOMF), était également présent pour associer les Français de Belgique à cet hommage.

Tombes disposées en cercle à l’image des cromlechs celtiques, en quelque sorte un hommage d'outre-tombe avec en arrière-plan le phare éponyme.

 

Etaient présents :

- Jean-Louis GILSON, Chancelier national et de la provinciale de Namur de la SRPMDB, Chevalier de l’ordre de Léopold à titre militaire, Grand-Croix de l’ordre de la Croix Belge, titulaire de plusieurs distinctions honorifiques reçues à titre militaire et patriotique.
- Claude JANSSENS, Membre effectif de la provinciale de Namur de la SPMRDB, Juge consulaire honoraire, Officier de l’ordre de la Couronne et titulaire de plusieurs distinctions honorifiques à titre sociétal et du travail.
- Monsieur Samuël BARBERINI, Conseiller communal de Sambreville, kinésithérapeute à Sambreville et adjoint administratif à Wépion.

Te Deum du 21.07.2021 de Namur

En la Cathédrale Saint Aubain de Namur, le Te Deum du 21.07.2021 

De droite à gauche : Le Président du CPAS Philippe Noël (coupé en deux), Moi-même, X, l’Echevine Stéphanie Scailquin, l’Echevin Tanguy Auspert, X, le Député-Président Jean-Marc Van Espen, le Gouverneur de la Province Denis Mathen.

https://www.canalc.be/namur-un-te-deum-pour-une-fete-nationale-en-demi-teinte/

Cérémonie du 22 Août 2021 à la Belle Motte

Un pas vers la modernisation des cérémonies, ce qui est concrétisé par la présence du Major Dr  Michelle GUNTHER (OF3), LogStOffz SHAPE (DEU), SHAPE, qui représentait Son Excellence Monsieur Martin KOTTHAUS, Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne auprès du Royaume de Belgique, et du Premier Maître principal DEBIEN (OR9), représentant Son Excellence Madame Hélène FARNAUD-DEFROMONT, Ambassadrice de France auprès du Royaume de Belgique.

Belle-Motte Aiseau

Quelques figures liées aux associations patriotiques : Eric DUMEUNIER, Président de la FRME Namur, Jean-Louis GILSON, Chancelier national et provincial de Namur de la SRPMDB, Claude JANSSENS, juge consulaire honoraire, membre de la SRPMDB

Cérémonie du 22 Août 2021 au Phare Breton à Auvelais

Sur  le site, avant le recueillement, au premier rang, Benoît POULAIN, Président local du Souvenir Français, le Premier Maître principal DEBIEN (OR9), représentant Son Excellence Madame Hélène FARNAUD-DEFROMONT, Ambassadrice de France auprès du Royaume de Belgique, Olivier BORDON, 1er  Echevin, Madame Martine GODEFROID, Echevin des associations patriotiques, Nicolas DUMONT, 2ème Echevin.et au second rang, Claude JANSSENS, représentant la SRMDB et Samuël BARBERINI, Conseiller communal, chef du groupe MR et C.

Cérémonie du 22 Août 2021 à Tamines

Le dépôt des fleurs au pied du monument Aux Martyrs, de gauche à droite : Martine GODEFROID, Echevin des associations patriotiques, le Lieutenant colonel Xavier VAN DE WERVE DE SCHILDE, éc (NB), Commandant militaire de la Province de Namur, Olivier BOURDON, 1er Echevin, le Premier Maître principal DEBIEN (OR9), représentant Son Excellence Madame Hélène FARNAUD-DEFROMONT, Ambassadrice de France auprès du Royaume de Belgique, Benoît POULAIN, Président local du Souvenir Français, Jean-Louis GILSON, Chancelier national et provincial de Namur de la SRPMDB, Claude JANSSENS (CM), juge consulaire honoraire, membre de la SRPMDB Namur.